Le 05/06/13

Durant des siècles, les plantes médicinales furent les seuls remèdes pour lutter contre les maladies. Aussi, il était d'usage dans les monastères, et ce depuis une ordonnace de Charlemagne, de cultiver et de préparer ces plantes.
J'ai voulu recréer ce style de jardin plus pour son esthétisme et son utilité au potager ou pour la faune que pour leurs vertus thérapeutiques.

Bien entendu, nous sommes encore bien loin de ces jardins à l'ancienne et pour l'instant mes plantes sont encore toutes petites ne seront en pleine terre qu'à l'automne.

Tanaisie : piérides, noctuelles, pucerons, mouches de la carottes ne résisteront pas à la présence de la belle qui a en plus la propriété d'attirer les auxilliaires

DSCN3966

Hysope : les insectes butineurs raffolent des fleurs d'hysope qui peut également être utiliser dans les pathologies respiratoires

DSCN3967

Arnica : célèbre pour soigner les petits traumatismes, son utilité n'a pourtant pas été validée scientifiquement. Les fleurs jaunes sont jolies

DSCN3968

Echinacées pourpres : mellifère, elle serait une protectrice du système immunitaire

DSCN3969

La mélisse citronnelle : mellifère, elle soulage les douleurs intestinales.

DSCN3970

Sarriette : mellifère, elle est aussi très bonne accompagnatrice des barbecues. Elle améliorerait la productivité des haricots

DSCN3971

Sauge : mellifère, la sauge est réputée pour ses qualités médicinales polyvalentes ("qui a de la sauge dans son jardin n'a pas besoin de médecin"). Des rameaux placés parmi les carottes et les choux repousseraient leurs prédateurs; près du pêcher, elle les protège de la cloque

DSCN3857